akathisie


Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

témoignage akathisie, sevrage benzodiazépines et références

I have this as one of my symptoms.  It’s not clear whether I got it from benzo withdrawal, or a year on an SSRI and 9 weeks on an antipsychotic both given to "ease" benzo withdrawal.  What a tragic mistake that was.  If I got it from the AD or the antipsychotic I probably have it for life.  Do I sound bitter?  I am having a real hard time with this.
 
Here are a few quotes on akathisia from various sources.
 
Peter Breggin in Your drug May Be Your Problem, page 180:  (on the subject of withdrawal symptoms from tricyclics)
 
"Abnormal movements, including uncontrollable movements of almost any muscle of the body (dyskinesias) , muscle spasms (dystonias), parkinsonism (slowed, rigid movement), and akathisia (inner agitation that compels a person to move).  The muscle spasms can be very painful, and the akathisia can feel like being tortured."
 
Peter Breggin in Brain-Disabling Treatments in Psychiatry, page 48:
 
"Patients suffering from akathisia often use electrical metaphors or descriptions such as "electricity going through my veins" or "shocks in my head".  Words like excruciating, torture and indescribable" are commonly used.   Patients say that they would rather die than live with akathisia, and the disorder can cause suicidality.  Unlike patients suffering from anxiety, these individuals seem to be describing physical phenomena as if they are being tortured from the inside out."
 
page 71:
 
"It takes no great imagination to grasp the suffering of a patient condemned to even a relatively mild tardive akathisia for a lifetime.  I have seen cases of this kind that were previously mistaken for severe anxiety or agitated depression. 
 
K.S. Shaji, Clinical Features of Akathisia
 
"The subjective experiences may be inner restlessness, vague feelings of inner tension, emotional uneasiness or anxiety using such phrases as "nervous like", "unable to relax", "a hurry up feeling", tense and unable to feel comfortable in any position. The intense nature of the subjective experience is illustrated by reports where akathisia has been contributed to violent aggressive behaviour, suicidal ideas, Crawling, climbing the book cases, homicidal and suicidal behaviour (Kumar 1979, Kekich 1979, Van putten et al 1987)."
 
Van Putten, 1974:
 
"Patient feels all nerved up, squirmy inside, uptight, nervous, tense, uncomfortable, impatient."
 

C. Thomas Gualtieri, Brain Injury and Mental Retardation

"People with akathisia are miserable.  They feel as if they were crawling out of their skin, and they have to pace constantly just to win a small degree of relief.  They are irritable, unhappy, and emotionally unstable.  They are so unhappy and find it so hard to understand what is happening to them that they may erupt in explosions of aggressive, destructive, or self-injuious behaviour.  They may be described as hyperactive,
disorganized, or psychotic."

traduction google :

L’akathisie est l’un de mes symptômes. Ce n’est pas clair pour moi si celui ci est du sevrage des benzos , ou d’un an sous ISRS et 9 semaines à la fois un antipsychotique qui m’ont été prescrit pour «facilité» le sevrage aux benzos. Cela a été une erreur tragique. Si cela est du à l’AD ou aux antipsychotiques Je l’ai probablement à vie. Ai-je le son amertume? J’ai une véritable difficulté avec cela.
 
Voici quelques citations sur l’akathisie de diverses sources.

Pr Peter Breggin dans Your drug may be your problem, page 180 : (au sujet des symptômes de sevrage de tricycliques : liste de symptômes de sevrage)
 
"Mouvements anormaux, y compris mouvements incontrôlables de la quasi-totalité des muscles du corps (dyskinésies), spasmes musculaires (dystonies), parkinsonisme (mouvement ralenti et rigide) et akathisie (agitation intérieure qui oblige une personne à se déplacer). Les spasmes musculaires peuvent être très douloureux, et l’akathisie peut être ressentie comme une forme de torture. " 

Pr Peter Breggin dans Brain-Disabling treatments in Psychiatry, page 48:
 
«Les patients souffrant d’akathisie utilisent souvent des métaphores du champ lexical de l’électricité ou des descriptions telles que "de l’électricité qui passe à travers mes veines» ou de « chocs dans ma tête". Des mots comme atroce, torture, et indescriptible sont couramment utilisés. Les patients disent qu’ils préféreraient mourir que de vivre en souffrant d’akathisie, et le trouble peut être cause de suicidalité. Contrairement aux patients souffrant d’anxiété, ces personnes semblent décrire des phénomènes physiques, comme si elles étaient torturées de l’intérieur. "
 
page 71:
 
"Il ne faut pas un grand effort d’imagination pour comprendre la souffrance d’un patient condamné à souffrir d’akathisie tardive, même sous une forme relativement modérée, sa vie durant. J’ai vu des cas de ce genre qui avaient précédemment été diagnostiqués comme des cas d’anxiété sévère ou de dépression agitée. »
 

 
K.S. Shaji, caractéristiques cliniques de akathisie
 
"Les expériences subjectives mai intérieur de l’agitation, les vagues sentiments de tension, l’anxiété ou de malaise affectif en utilisant des phrases telles que" comme nerveux ", " incapable de se détendre »,« pressé de feeling ", le temps et incapable de se sentir à l’aise dans n’importe quelle position . L’intensité de la nature de l’expérience subjective est illustré par des rapports où akathisie, a été élaborée à la violence des comportements agressifs, les idées suicidaires, l’exploration, de l’escalade le livre des cas, d’homicide et de comportement suicidaire (Kumar 1979, Kekich 1979, Van Putten et al 1987). "
 
Van Putten, 1974:
 
"Patient ressent tout de nerved, squirmy intérieur, crispé, nerveux, tendu, mal à l’aise, l’impatience."
 

C. Thomas Gualtieri, Brain Injury and Mental Retardation
«Les gens qui sont malheureux akathisie. Ils se sentent comme si elles étaient à l’exploration de leur peau, et ils ont constamment le rythme juste pour gagner un peu de relief. Ils sont irritables, malheureux, et émotionnellement instable. Ils sont si malheureux et de trouver il si difficile de comprendre ce qui leur arrive qu’ils peuvent éclatés dans des explosions d’agressivité, de destruction, ou l’auto-injuious comportement. Ils peuvent être décrit comme hyperactif, désorganisé, ou psychotique. "

Publié dans akathisie | Laisser un commentaire

akathisie et sevrage

« Clairement, l’URSS
n’a pas le monopole pour la torture chimique. La différence est que
dans le monde démocratique, les personnes visées étaient et sont
les citoyens innocents. »

http://www.meactionuk.org.uk/Shams_and_Cheats.htm

Publié dans akathisie | Laisser un commentaire

AKATHISIE (Guy Hugnet – Extrait de La Grande Intoxication)

AKATHISIE (Guy Hugnet – Extrait de La Grande Intoxication)

Ce terme neurologique peu connu, désigne un état psychique et moteur de fébrilité intense, doublée d’une anxiété qui empêche la personne de rester en place, de maîtriser ses gestes. Dans les cas les plus sévères, l’akathisie est une véritable torture intérieure.
L’akathisie est souvent confondue avec des états d’agitation, d’anxiété ou de panique. Elle est rarement diagnostiquée, alors qu’elle conduit à des actions destructives envers soi-même ou les autres, de type homicide ou suicide.
« L’akathisie provoque manies, tremblements, elle rend frénétique, furieux et
précipite les gens vers la violence ou le suicide.»
L’akathisie est un effet reconnu des neuroleptiques, traitements utilisés chez les schizophrènes. Mais des experts, y compris ceux des firmes pharmaceutiques en question, ont admis que les IRS comme le Prozac, le Déroxat ou le Zoloft engendrent aussi ce type d’effets.
Ainsi le docteur Roger Lane – ex-directeur médical du laboratoire Pfizer, qui fabrique le Zoloft – a-t-il écrit deux articles sur le sujet dans lesquels il explique que «les IRS peuvent influencer le système dopaminergique. […] Ils peuvent donc créer des effets secondaires extra-pyramidaux, […] l’aka­thisie étant le plus commun d’entre eux. »
Plus personne ne conteste sérieusement le fait que les IRS engendrent chez certaines personnes des effets d’akathisie et que ceux-ci peuvent conduire au suicide ou à des actes violents.

Ce terme neurologique peu connu, désigne un état psychique et moteur de fébrilité intense, doublée d’une anxiété qui empêche la personne de rester en place, de maîtriser ses gestes. Dans les cas les plus sévères, l’akathisie est une véritable torture intérieure.
L’akathisie est souvent confondue avec des états d’agitation, d’anxiété ou de panique. Elle est rarement diagnostiquée, alors qu’elle conduit à des actions destructives envers soi-même ou les autres, de type homicide ou suicide.
« L’akathisie provoque manies, tremblements, elle rend frénétique, furieux et
précipite les gens vers la violence ou le suicide.»
L’akathisie est un effet reconnu des neuroleptiques, traitements utilisés chez les schizophrènes. Mais des experts, y compris ceux des firmes pharmaceutiques en question, ont admis que les IRS comme le Prozac, le Déroxat ou le Zoloft engendrent aussi ce type d’effets.
Ainsi le docteur Roger Lane – ex-directeur médical du laboratoire Pfizer, qui fabrique le Zoloft – a-t-il écrit deux articles sur le sujet dans lesquels il explique que «les IRS peuvent influencer le système dopaminergique. […] Ils peuvent donc créer des effets secondaires extra-pyramidaux, […] l’aka­thisie étant le plus commun d’entre eux. »
Plus personne ne conteste sérieusement le fait que les IRS engendrent chez certaines personnes des effets d’akathisie et que ceux-ci peuvent conduire au suicide ou à des actes violents.

http://antidepresseurs.canalblog.com/archives/quelques_definitions/index.html

 


Publié dans akathisie | Laisser un commentaire

akathisie tardive

Au cours des dernières années, il a été de plus en plus reconnu que
l’akathisie se produit non seulement sous la forme aigu, l’auto-limitée
complication de la dopamine (DA) antagoniste de traitement, mais aussi
comme une forme persistante, appelé akathisie tardive. Nous présentons
une rétrospective de l’analyze caractéristiques cliniques et les essais
thérapeutiques dans 52 cas de cette maladie. Bien que la plupart des
patients ont développé cette maladie après des années de traitement
antagoniste DA (moyenne = 4,5 ans), une proportion importante (34%)
développé au bout de 1 an. La caractéristique moteur fonctionnalités
incluses fréquents, complexes mouvements stéréotypés. Les jambes sont
le plus souvent en cause, montrant la marche à la place de passage et /
uncrossing. Balancement du tronc, grognement respiratoire et gémissant,
et complexes part mouvements tels que le visage frotte et se gratte
également eu lieu. Dans les 26 patients qui ont été en mesure de cesser
DA antagonistes, akathisie persisté pendant des années (moyenne = 2,7
ans nombre de 0.3-7 ans) jusqu’à ce que la réduction des symptômes ou
le dernier suivi. Les patients plus jeunes étaient plus susceptibles
d’avoir une remise ou thérapeutique suppression de akathisie au suivi.
Dans notre expérience, les catécholamines épuiser les drogues et la
réserpine Tétrabénazine ont été les plus efficaces agents de la
répression des symptômes, l’amélioration de la production de 87 et 58%
des patients traités, respectivement. Toutefois, l’amélioration a été
limité dans de nombreux patients, et enfin le suivi seulement 33% des
patients avaient complet de réduction de leurs symptômes. En
conclusion, l’akathisie tardive est une forme particulièrement
invalidante de dyskinésie tardive, souvent persistant pendant des
années et souvent résistants à la thérapie.http://www3.interscience.wiley.com/journal/109701532/abstract?CRETRY=1&SRETRY=0

 

Publié dans akathisie | Laisser un commentaire

Les médicaments qui peuvent causer de l’akathisie

Les médicaments qui peuvent causer de l’akathisie comprennent:

– Les neuroleptiques (antipsychotiques) agents (Haldol, Abilify, Zyprexa…)

– ISRS, comme la fluoxétine (Prozac), la paroxétine (Paxil)...

– Lithium

– D’autres antidépresseurs, tels que les tricycliques et trazodone (Desyrel)

– Dopamine bloquants, (métoclopramide (Reglan) et prochlorpérazine (Compazine))

– Certains l’abus des drogues, telles que le GHB, la méthamphétamine et de MDMA lorsqu’il est administré en doses excessives.

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.atardivedyskinesiaattorneyforyou.com/tardive-dyskinesia-akathisia.html&sa=X&oi=translate&resnum=4&ct=result&prev=/search%3Fq%3Dakathisia%2Blawsuit%26hl%3Dfr%26client%3Dfirefox-a%26rls%3Dcom.ubuntu:fr:unofficial%26hs%3Df1U


Publié dans akathisie | Laisser un commentaire

akathisie zyprexa suicide

L’akathisie est un effet secondaire des médicaments antipsychotiques qui se caractérise par une agitation intérieure. Les patients souffrant d’akathisie ne sont pas en mesure de rester en place, souvent il se  bascule en position debout, c’est aussi l’agitation de l’enfant, d’incontrolable mouvement des jambes et du rythme. Dans les cas bénins, les patients se sentent mai avec un léger sentiment d’anxiété et d’agitation, toutefois, dans les cas les plus graves les patients sont totalement incapable de rester immobile et souffrent d’anxiété grave et un sentiment de malheur. Dans certains cas, les patients souffrant d’akathisie agissent avec violence,  font des choses qui  nuisent à eux-mêmes ou d’autres personnes.

L’akathisie est souvent accompagné par l’insomnie, l’anxiété, la panique et l’agitation. Dans les cas graves, le patient  recent le malheur peut être si fort qu’il a recours à des tentatives de suicide. Parmi les symptômes d’akathisie il y a l’anxiété, de la tension, des impatiences, l’irritabilité, l’agitation intérieure, et l’inconfort physique. Les patients souffrant d’akathisie peuvent voir la mort comme un soulagement bienvenu à ce qu’ils connaissent.

L’akathisie aiguë, qui a été liée à des médicaments antipsychotiques, peut commencer aussi peu temps que quelques heures après le début de la prise du médicament qui la provoque. L’akathisie tardive commence plus lentement, jusqu’à trois ou quatre mois après le début de la prise des médicaments, et peut durer des années.  Malheureusement, l’akathisie peut être difficile à diagnostiquer et de nombreux patients reçoivent des doses plus élevées de médicaments antipsychotiques pour traiter les symptômes. Les patients souffrant d’akathisie sont également notées plus "non-conformie" que les patients sans akathisie, ce qui signifie qu’ils sont plus susceptibles d’interrompre ou d’arrêter les médicaments et demander des soins médicaux.

Les patients qui ont développé de l’akathisie disent que c’est une terrible épreuve à passer. Ils notent la frustration qu’ils ressentent d’avoir la communauté médicale soit leur misdiagnose akathisie ou tout simplement pas à croire ce qu’ils ont et ils disent que l’akathisie elle-même est souvent plus difficile à supporter que les symptômes pour lesquels leur médicament avait été initialement prescrit.

http://translate.google.fr/translate?u=http%3A%2F%2Fwww.lawyersandsettlements.com%2Ffeatures%2Fzyprexa-akathisia-suicide.htmlhttp%3A%2F%2F&sl=en&tl=fr&hl=fr&ie=UTF-8

Publié dans akathisie | Laisser un commentaire