akathisie : la torture avec des médicaments

L’akathisie est un trouble, induit comme un effet secondaire des médicaments (y compris les ISRS et les antipsychotiques), qui peut amener une personne à ressentir une telle agitation intérieure intense que la victime est conduite à la violence et / ou au suicide. Il a été dit: « La mort peut être un résultat bienvenu ». Pour des raisons liées au fort pouvoir politique et de lobbying des compagnies pharmaceutiques, l’akathisie est rarement expliquée comme un effet secondaire possible des médicaments, et les professionnels de la santé et le grand public en savent très peu sur l’existence de ce trouble.
Guy Hugnet – Extrait de La Grande Intoxication « L’akathisie provoque manies, tremblements, elle rend frénétique, furieux et précipite les gens vers la violence ou le suicide
Elle a été amenée à la torture de dissidents soviétiques avant les années 1970 et est encore utilisé sur le Falun Gong en Chine.
effets secondaires : le suicide, les tendances suicidaires et l’automutilation. Agression, homicide.
professeurs Breggin et Cohen
Leurs effets secondaires akathisie, comportement  dyscontrol,  suicidalité obsessionnelle et violence sont maintenant si communs que plusieurs unités de santé mentale sont tenues d’employer des gardes de sécurité pour se protéger contre leurs propres patients
Ces chiffres devraient avertir qu’un grand nombre de personnes ne peuvent pour des raisons métaboliques de prendre ces médicaments.
l’akathisie est un des plus grave symptome possible du sevrage aux benzodiazépines
Dans les cas graves d’akathisie peut être un si grand supplices que le patient est obligé de prendre des mesures, telles que les tentatives de suicide
Quoique la France soit l’un des pays où l’on consomme le plus d’antidépresseurs, elle a par miracle été épargné jusqu’ici par l’akathisie – tout comme elle a été épargné par le nuage de Tchernobyl. »
akathisie, ni tendances suicidaires ne sont inscrites en avertissement sur la notice du Zoloft.
violence, suicide et ISRS. Aucun des patients n’était suicidaire quand ils ont commencé à Prozac
Un des effets secondaires des ISRS est une sensation appelé Akathisie.
Les patients souffrant d’akathisie peuvent voir la mort comme un soulagement bienvenu à ce qu’ils connaissent.
Selon Healy, les suicides seraient dus aux effets secondaires connus sous le nom d’akathisie, soit une agitation intérieure qui peut causer des comportements violents et suicidaires chez certains patients traités …
47% des patients sont victimes d’akathesie, dysphorie et émotionnel . aplatissement, Windgassen (1991).
1985 Le lien entre l’akathisie provoquée par les psychotropes et les suicides est établi. 1985 Le lien entre l’akathisie provoquée par les psychotropes et les homicides commis avec violence est mis en avant.
pub med
RÉSULTATS: Parmi les 71 cas de EPS induite par les ISRS rapportés dans la littérature, L’effet secondaire le plus cité a été l’akathisie (45,1%), suivi par la dystonie (28,2%), Parkinson (14,1%), dyskinésie tardive (11,3 %)
communément associés à des médicaments antipsychotiques, ainsi que divers antidépresseurs, y compris les tricycliques et sélective des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (ISRS).
akathisie, un effet secondaire des médicaments antipsychotiques
pub med
pub med
prozac
pub med
Akathisia is an important side effect to consider in patients prescribed antipsychotics, antiemetics, or antidepressants
L’ akathisie induite par les neuroleptiques est l’un des plus courantes et les plus douloureux symptome de début précoce des effets indésirables des médicaments antipsychotiques.
doctissimo
de l’akathisie: que l’on peut décrire comme une sensation intérieure d’impatience, de l’agitation psychomotrice, telle l’impossibilité de rester assis ou de l’insomnie et une sensation d’inconfort, de désarroi insupportable et donc l’aggravation de la dépression
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour akathisie : la torture avec des médicaments

  1. de cuyper christelle dit :

    Grand desarroi, ATAXIE, incapacité de ne pas bouger les fesses, presque suicidaire pour cause du médicament « orap » prescrit contre le psas (persistent sexual arousal syndrome).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s